Réunion CA du 17 novembre 2007

AIDSA, le Secrétaire général

Compte rendu du Conseil d’administration du 17 novembre 2007

Le 17 novembre 2007 à 9 h 30, le Conseil s’est réuni en l’Institut Océanographique à Paris. Etaient présents Madame Sylvie TISSIER et Messieurs Jean-Paul COEURET, Bernard LEROY, Christian VERNES, Michel SALZMAN, Marc-Adrien MARCELLIER, Frédéric MAZEAUD, Bernard GUERAULT, ainsi que le président Jean-Pierre TANE. Etaient représentés Messieurs Gilles KUNTZ et Jean SERVAT. Etait invité Monsieur Jean-Louis GUILLAMON représentant l’APS. Egalement invitée, Mademoiselle Lucile MAZEAU s’est excusée de ne pas être présente à cause de la grève générale.

Le Conseil commence d’une manière inhabituelle et même houleuse. En effet, plusieurs administrateurs se sont inquiétés au préalable de la manière dont le président engage les dépenses de l’association, notamment les frais de mission qui paraissent soudain hors de proportion avec ce dont on avait l’habitude. Le président produit donc un document (annexe) dans lequel il donne ses raisons. Il lui est répondu que ses intentions, faits et gestes sont louables, mais qu’il n’a pas à financer les billets d’avion de personnes extérieures à l’association, surtout sans en référer au préalable au Conseil. De plus, sur un budget de 15.000€, des frais de mission de 9.650€, dont 2.000€ de bureau et 800€ de frais de postage, c’est trop. Il lui est rappelé que dans une association, les décisions se prennent de manière collégiale, et qu’il y a déjà eu un précédent similaire qu’on espérait ne pas voir se reproduire. Le trésorier, embarrassé, nous annonce 10.931€ en caisse avec presque 3.000€ de reliquat de frais à régler au président. Le Conseil n’émet aucun vote sur les aspects financiers de l’association liés à l’activité du président, et il est simplement décidé qu’une partie de ce reliquat sera payé sur l’exercice 2008.

L’ordre du jour est abordé.

Sont approuvés à l’unanimité : le compte rendu du Conseil et de l’AGO du 17 mars 2007, le comte rendu de la mission OCSAN 2007 de Messieurs MAZEAUD et VERNES, le compte rendu de la mission Québec (hors aspect financier) du président TANE. Egalement approuvé à l’unanimité le projet de plaquette intitulée « le saumon rentre en Seine » piloté par le président.

Vie de l’association Notre administrateur Orri VIGFUSSON, prix GOLDMAN, a présenté son livre sur les rivières à saumon à la résidence privée de l’ambassadeur d’Islande où il a notamment été accueilli par des représentants de l’AIDSA. Orri n’oublie pas notre association et accepte volontiers de se prêter à diverses opérations de marketing qui constitueraient un faire-valoir réciproque. Du côté des microcentrales, le président TANE s’alarme des 400 projets de nouveaux équipements qui menacent les rivières françaises. Il propose divers courriers aux administrations concernées, ce en quoi le Conseil l’approuve.

Les adhésions sont en recrudescence. La fréquentation du site Internet augmente régulièrement. Une lettre de l’AIDSA est prévue pour début 2008. Dans cette lettre, on évoquera les cinquante ans de l’AIDSA, qui fut à ses débuts, on s’en souvient, l’ANDRS, l’Association Nationale de Défense des Rivières à Saumon du regretté René RICHARD.

La parole est donnée au trésorier qui revient sur ce qui a été déjà débattu en début de Conseil. Nous avons 10.931€ en caisse et nous finirons l’année avec environ 8.000€, ce qui est peu. Nous ne savons pas de quoi 2008 (et ses subventions) sera fait, avec la disparition du CSP et le nouvel ONEMA. D’autant plus que nous n’avons pas de programme budgétisé.

Nous abordons donc les activités 2008. Parmi ces dernières, le salon « Pêche à la mouche » qui se tient en février et où l’AIDSA assurera notamment la promotion du livre de Orri VIGFUSSON.

La prochaine session de l’OCSAN qui se tiendra en Espagne à Gijon. Frédéric MAZEAUD est pressenti pour y représenter l’association, ce qui implique un budget indicatif de 2 500 €, approuvé par le Conseil. Il sera accompagné de Christian VERNES qui prend en charge son propre budget, ce dont on le remercie. Le président, qui a des liens privilégiés avec le Québec, aborde le quatre centième anniversaire de la ville de Québec, ce qui pourrait perturber la mise en place d’un projet qui lui tient à cœur : « Henri IV prend la mouche ». Par ailleurs, il est rappelé que le 24 octobre 2008, un gala pour collecter des fond au bénéfice de la Fédération Québécoise du Saumon Atlantique à lieu à Québec. Une réflexion est ensuite engagée, à juste titre, sur le capital que représentent les rivières à saumon. Un projet d’affichage sur les grilles du Luxembourg est en préparation.

Nouvelles des régions et bassins

L’association adresse tout d’abord une lettre de félicitations à Jean-Louis ETIENNE qui est le nouveau directeur de l’Institut Océanographique. On rappelle que cet organisme abrite la destinée de l’AIDSA depuis sa naissance, ce dont nous lui sommes tous reconnaissants.

Le Grenelle de l’environnement n’a rien donné de très positif en matière de saumon. Notre administrateur Jacques CHOUFFOT a représenté l’association lors d’une réunion à Périgueux, mais les discussions se sont heurtées aux anti-OGM.

Dans le Rhin, Christian VERNES fait remarquer que le prix à payer, difficile à chiffrer, paraît exorbitant pour les 60 saumons et les 90 truites de mer de 2007. Pour les détails, se référer à notre administrateur Gilles KUNTZ.

En Bretagne, où l’AIDSA n’est pas invitée à participer au COGEPOMI, quatre départements se concertent ou se disputent au sujet de l’harmonisation des quotas et des jours de pêche. Dommage.

Côté Dordogne et Garonne, nous sommes représentés par notre administrateur Jean-Paul COEURET. Un vote sur le plan de gestion de poissons migrateurs est à venir en décembre, et on nous signale que certains barrages d’EDF pourraient être privatisés, ce qui va compliquer la situation. Les équipements du barrage de Tuilières sont sujets à caution après sa détérioration, et le COGEPOMI proteste.

En Normandie, nous apprend notre administrateur Bernard GUERAULT, le problème des filets estuariens subsiste, notamment en baie du Mont Saint-Michel, une réserve parmi d’autres ! A l’embouchure de la Touques, il y aurait 150 prises de truites de mer déclarées et deux saumons, sur un comptage de 3 594 poissons. Sur le Gave, un total de 97 saumons serait déclaré par les pêcheurs à la ligne en 2007, ce qui est ridiculement peu.

En l’absence de Lucile MAZEAU (excusée), le secrétaire général de l’association évoque le cas historique du saumon de la Vienne et l’intérêt qu’il y aurait pour l’association à s’impliquer dans un projet de reconstruction de la population de cette belle rivière.

La séance est levée à 12 h 33.

Le Secrétaire général Frédéric MAZEAUD